Parole d'experts

La caractérisation des sites, une étape cruciale, des expertises multiples

Gestion de projet & ingénierie Nucléaire

Le choix d’un site pour construire une centrale nucléaire est un sujet éminemment complexe et stratégique qui nécessite la conduite d’études poussées destinées à évaluer la sûreté, l’impact environnemental et la faisabilité du projet. Cette phase essentielle de sélection et de caractérisation de site exige beaucoup de technicité.

Un process d’évaluation rigoureux

Tout aménagement de territoire nécessite l’acquisition et le traitement de données géotechniques, géophysiques et environnementales précises. C’est d’autant plus important quand la construction est une centrale nucléaire, projet d’une grande complexité par nature : il s’agit de démontrer, auprès des autorités de régulation comme des populations, que tous les critères de sûreté et d’environnement ont été évalués correctement et respectés.

En la matière, l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) a établi un processus d’implantation reposant sur des normes de sûreté strictes : première phase, l’identification des sites candidats à partir d’un certain nombre de critères d’exclusion (par exemple, ne pas être situé en zone sismique ou disposer d’eau disponible à proximité pour le refroidissement). Les sites présélectionnés font ensuite l’objet d’études sur place, notamment pour étudier leurs structures géologiques. Une fois le choix du site arrêté, vient la phase de caractérisation. L’objectif de cette étape est double : pousser plus loin l’évaluation du site, en réalisant des études approfondies, et permettre de déterminer les futures technologies et le design de la centrale. « Si certains critères sont éliminatoires comme les tremblements de terre ou l’impossibilité d’avoir un plan d’urgence, d’autres sont seulement jugés disqualifiants et nécessitent des études complémentaires pour évaluer leurs risques potentiels et les solutions à mettre en œuvre. Le but est de voir si ces solutions sont faisables en termes techniques et réalisables en termes de coûts – et sans impact environnemental », indique Dr. Arzu Altay, Directeur de Projet.

Les études d’impact permettent non seulement de choisir le site le plus approprié, mais elles contribuent également à sélectionner la bonne technologie et elles ont un impact sur la conception technique du projet. Cela permet d’optimiser les coûts et de réduire les délais d’exécution.

Evaluations et études d’impact

Tout l’enjeu, lors de la phase de caractérisation, est d’anticiper, de réduire et de gérer les risques liés aux projets (pouvant être liés à des aléas climatiques, à la nature des sols, à des exigences environnementales spécifiques…). C’est pourquoi de nombreuses données sont observées et collectées, faisant l’objet de rapports d’évaluation réguliers pour s’assurer d’une totale conformité tout le long de la durée de vie du projet.

« Le premier critère audité est généralement l’impact radiologique qui permet, au regard des études de dispersion, de définir des zones d’urgence en cas de fonctionnement normal et d’accident potentiel. Autre impact étudié, la dispersion thermique, avec par ricochet une hausse de la température de l’eau susceptible d’affecter la vie marine de manière significative, et qui conditionne la conception de la chaîne de refroidissement », souligne Dr. Arzu Altay.

Plus globalement, trois catégories d’études sont réalisées :

  • Géoscience : études topographiques, géologiques, géophysiques, géotechniques, hydrogéologiques et sismologiques, pour évaluer la stabilité du milieu – les sols et sous-sols ;
  • Environnement : études météorologiques, hydrologiques (marines et de surface) et écologiques (terrestres et marines), modélisations de l’air et du bruit, modélisation hydrodynamique et modélisation de la dispersion radiologique pour évaluer les risques et les impacts environnementaux ;
  • Social : études démographiques et socio-économiques ; ou encore relatives aux effets /accidents externes induits par l’homme (crashs d’avions, incendies, explosions…).

La caractérisation des sites nécessite une large palette de services, notamment dans le domaine de l’environnement et de la géoscience, qu’Assystem est en mesure de couvrir intégralement.

Mobilisation de compétences multiples

L’étendue des champs observés pendant la phase de caractérisation de site appelle des expertises et profils d’ingénieur(e)s très variés en : géologie, géophysique, géorisques, topographie, météorologie, hydrogéologie, environnement, séismologie, ingénierie civile et nucléaire, etc. Outre les compétences diversifiées des équipes, la collecte et modélisation d’informations requiert des équipements de pointe, à l’image de la télédétection par laser ou LIDAR, une technique de mesure à distance embarquée dans un avion, qui scanne les surfaces avec un très haut niveau de précision. Toutes ces informations collectées sous forme de données spatiales et non spatiales – cartes, graphiques, tableaux, listes, rapports, etc. – sont numérisées pour une meilleure traçabilité. Elles sont structurées et organisées dans une base de données, et peuvent ainsi être consultées par toutes les équipes, en temps réel et de n’importe où, pourvu qu’une connexion internet soit disponible.

« Il est crucial de numériser toutes les données recueillies lors des études de caractérisation des sitesAssystem a développé dans ce but un logiciel spécifique, WebGIS, capable de recueillir un large éventail de données, puis de les faire analyser et interpréter par des experts pour développer des modélisations de terrain, évolutives et adaptables », indique Dr. Arzu Altay.

Le logiciel WebGIS est un puissant atout pour les missions de caractérisation de sites. Son interface simple, permet de mettre à jour, centraliser et sécuriser toutes les données recueillies sur les sites. Chaque membre de l’équipe projet peut ainsi accéder aux données dont il a besoin, générer des images et des cartes à partir de ces données, et suivre l’avancement global du projet.

Si le planning est très dépendant du degré de maturité du pays, il faut en moyenne compter trois ans pour la réalisation d’une caractérisation de site complète jusqu’à l’obtention de l’autorisation. A ce titre, l’accompagnement des nouveaux entrants sur ce marché, n’ayant ni connaissance du nucléaire, ni des conditions imposées par le régulateur, constitue un réel challenge « qui implique, relève Dr. Arzu Altay, de développer une compréhension commune tout le long du projet afin de parvenir à un accord sur la totalité du périmètre ».

Un accompagnement de valeur sur tout le cycle du projet

La caractérisation d’un site nécessite une très bonne perception de l’environnement et des process complexes qui sont en jeu. Une société d’ingénierie indépendante à l’égard des technologies comme Assystem, qui dispose d’une culture de la sûreté et de la conformité très forte, et qui est reconnue pour son expérience sur cette phase de pré-construction, est un atout de taille.

En pratique, les équipes d’Assystem sont à même d’intervenir sur tout ou partie des besoins, pour offrir un accompagnement stratégique et/ou opérationnel sur mesure – de l’étude des sites à l’obtention du permis et à la fourniture des éléments préparatoires à la construction, partout dans le monde. En complément de ces expertises, les équipes Assystem peuvent également accompagner leurs clients dans la gestion des risques environnementaux, ainsi que dans l’identification et la mise en œuvre de solutions durables dans le temps pour leurs projets. Elles proposent des services de surveillance, de conseil et de conformité en matière d’environnement.

En Arabie Saoudite, nos équipes ont par exemple aidé à la sélection du site et à la préparation des documents d’autorisation pour la première centrale nucléaire du pays. Parmi leurs missions : la réalisation d’une étude complète de caractérisation et d’évaluation des sites ; la réalisation d’une évaluation détaillée des sites en fonction de critères d’exclusion prédéfinis de l’AIEA. Elles ont également préparé des informations relatives au site à destination des fournisseurs de technologie dans le but d’élaborer avec précision la conception de la centrale.

En Ouzbékistan, Assystem a été sollicité pour accompagner le programme de transition énergétique lancé par le pays. Dans ce cadre, l’équipe d’experts a élaboré et fourni un rapport préliminaire de sûreté (RPS), afin de conseiller l’agence locale sur le choix d’un site pour le développement d’un programme d’énergie nucléaire.

En Turquie, nos équipes ont réalisé les études de site nécessaires (notamment des études géologiques, géophysiques et géotechniques détaillées, des tests hydrogéologiques, des études d’évaluation des risques sismiques) pour définir la conception de la centrale nucléaire d’Akkuyu en Turquie. Cette phase a aidé le client à déterminer les paramètres spécifiques nécessaires à la conception de la centrale nucléaire.

 

A propos de l'expert

Arzu Altay

Directrice de projet de l'entité chargée de fournir des services d'évaluation et de caractérisation de sites

Dr. Arzu Altay est une ingénieure titulaire d'un doctorat, directrice de projet de l'entité chargée de fournir des services d'évaluation et de caractérisation de sites. Depuis 2011, elle a travaillé sur la sélection, la caractérisation du site et l'octroi de licences pour deux usines en Turquie (Akkuyu et Sinop) et une troisième en Arabie saoudite.